Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La voix des poètes

Louis Aragon / Antonin Artaud / Pablo Neruda /


Louis Aragon / Sacre de l'avenir

*

*

*
*
Antonin Artaud / Je ne délire pas
*
*
*
*
Pablo Neruda / Alturas de Machu Picchu
*
*

Quelques musiques et chansons

Ci-dessous, vous pouvez écouter quelques musiques et chansons. Il en manque beaucoup ! Notamment, celles de certains de mes amis, car je n'ai pas encore les outils nécessaires pour les mettre en ligne.

 

 

à suivre...
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:46

Le 50e Congrès de la CGT va se tenir au mois de mars 2013. Les médias se penchent d’ores et déjà sur la succession annoncée de Bernard Thibault à la tête du plus important des syndicats français, en réduisant cette succession à un problème de personnes : qui donc va prendre la place convoitée de Secrétaire Général de la Confédération ? Or tous les travailleurs savent que là n’est pas la question. La question essentielle, la question de fond est de savoir quelle sera la position politique de la CGT au cours des années à venir, et au-delà quel est l’avenir même de la CGT. Ce sera là le véritable enjeu de ce 50e Congrès.

 

La CGT est non seulement le plus vieux syndicat de France, elle est aussi le plus représentatif. C’est une « vieille dame » vigoureuse et bien vivante.  Sa vigueur tient notamment à ce que, contrairement à d’autres syndicats exclusivement organisés en sections (dans lesquelles les ordres viennent d’en haut), la plupart des syndicats CGT locaux sont autonomes. Aussi différents courants peuvent-ils s’y exprimer librement, ce qui maintient une dynamique permanente au sein de la CGT. Pour que cela fonctionne, le respect de la démocratie syndicale, à tous les niveaux, doit être impératif. Pour la CGT, la démocratie syndicale est vitale et incontournable.

 

Or défendre la démocratie à la CGT passe d’abord par le respect du processus décisionnel remontant de la base. Mais beaucoup d’erreurs et de dérives restent à corriger dans l’ensemble de la CGT, et trop souvent  nos camarades responsables, au sein des unions syndicales par exemple, ont inversé ce flux de décisions. Là où cela s’est produit, un petit groupe de deux ou trois personnes a imposé ses volontés à nos organes démocratiques, telles les Commissions Exécutives par exemple, qui ne sont plus alors que des chambres d’enregistrement. Pour ce qui concerne la CGT Cochin nous y avons mis bon ordre depuis 2008 avec l’élection de Marise Dantin et toutes les décisions sont prises en commun et à la majorité, après débat.

Les dérives se sont accentuées à la suite du 49e Congrès, lors duquel des orientations (que pour ma part je juge néfastes pour la CGT) ont été prises. Quoi qu’il en soit, ce Congrès a amené une partie de nos camarades dirigeants à vouloir se rapprocher de la CFDT et donc à s’aligner sur le syndicalisme d’accompagnement de type anglo-saxon, malgré le rejet d’une majorité de nos camarades. On a vu ce que cela a donné lors des grands mouvements de ces dernières années… Les travailleurs en ont fait les frais.

 

L’abandon par la CGT de la référence à la lutte des classes a aussi été une erreur majeure. Se priver de ce concept, cela revient à vouloir courir un marathon en se liant les deux pieds. Ainsi que le déclarait Henri Krasucki dans la citation qui se trouve toujours en couverture de l’Anti-Casse, citation en exergue du  site du Front Syndical de Classe : « Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » 

Qu’on ne s’y trompe pas : l’affaiblissement idéologique qui s’ensuit avec cet abandon de la référence à la lutte des classes entraîne l’affaiblissement de l’ensemble de la structure. Au sein de la CGT, l’une de ses conséquences est de rendre possibles  les « dérives anti-démocratiques » dont je parle plus haut. Que penser par exemple de l’élection annoncée de Thierry Le Paon à la tête de la CGT ? Que la Commission Exécutive Nationale de la CGT propose un candidat, cela est normal. Cependant, qu’il soit présenté comme élu avant même le vote du Congrès suscite des interrogations légitimes...

Mais une fois encore, l’essentiel est de savoir quelle sera la direction politique prise par notre syndicat dans les années à venir. La CGT va-t-elle persister dans la voie syndicale d’accompagnement du capitalisme ? Certains camarades continueront-ils à croire en un « capitalisme à visage humain », à croire que l’on peut changer la nature même du capitalisme ? Le système libéral, c’est-à-dire capitaliste, n’a qu’un seul objectif permanent : faire travailler les travailleurs pour les salaires les plus bas possibles afin d’augmenter au maximum les profits pour quelques-uns. Et nul besoin d’être fin analyste pour voir que ce processus d’exploitation maximale, la lutte des classes, est plus que jamais d’actualité !

Aucune collaboration n’y changera rien et ne déviera le processus capitaliste de ses objectifs.

Deux courants principaux vont donc s’exprimer lors du 50e Congrès, deux courants qui ont toujours traversé la CGT : le courant réformiste (collaborateur de classes), et le courant dit révolutionnaire (tenant de la lutte des classes).

Le courant réformiste a largement démontré son incapacité à défendre efficacement les intérêts des travailleurs. Poursuivre dans cette voie, c’est livrer les travailleurs « pieds et poings liés  » à ceux qui les exploitent.

Heureusement, les camarades s’expriment aujourd’hui dans tous les medias pour réaffirmer leur attachement à la notion de lutte des classes, permettant ainsi à la CGT de se réapproprier officiellement  ce combat !

Pour la CGT Cochin, la seule voie juste et efficace est celle de la lutte des classes. C’est le refus de toute collaboration de classes. C’est la perspective d’un changement de système social, économique et politique. Et cela suppose de rassembler toutes les forces disponibles afin d’établir des rapports de force favorables. Localement, la CGT Cochin a établi ce rapport de force. Mais qu’en sera-t-il de la CGT en général si elle décide de s’affaiblir en collaborant, comme le font d’autres syndicats moins représentatifs ?

A l’heure actuelle (et pour de nombreuses années à venir !) la CGT reste la mieux armée et la mieux placée pour défendre les intérêts des travailleurs face aux appétits des patrons et de la finance. A nous de faire en sorte qu’elle le reste.

 

Bernard Giusti

Secrétaire Général Adjoint CGT Cochin

 

[éditorial du n°2 de L'Anti-Casse, le journal de la CGT Cochin - mars 2013

Disponible gratuitement par simple demande (n'oubiez pas vos coordonnées) à :

cgtcochin@yahoo.fr ]

Partager cet article

Repost 0

commentaires