Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La voix des poètes

Louis Aragon / Antonin Artaud / Pablo Neruda /


Louis Aragon / Sacre de l'avenir

*

*

*
*
Antonin Artaud / Je ne délire pas
*
*
*
*
Pablo Neruda / Alturas de Machu Picchu
*
*

Quelques musiques et chansons

Ci-dessous, vous pouvez écouter quelques musiques et chansons. Il en manque beaucoup ! Notamment, celles de certains de mes amis, car je n'ai pas encore les outils nécessaires pour les mettre en ligne.

 

 

à suivre...
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:06

oriane.jpgDans un style léger, parfois presque aérien, Danièle Gasiglia-Laster nous livre ici un récit qui serpente entre le rêve et le conte poétique.


Sur le fond d’un mythe originel, celui du “paradis”, monde perdu dans lequel hommes et bêtes parlaient le même langage et vivaient sur un pied d’égalité, l’auteur, non sans humour, s’amuse à rassembler les grandes figures de l’Histoire, de l’Art et de la Littérature. A commencer bien sûr par ceux dont elle est spécialiste, Marcel Proust (Orianne est d’ailleurs un personnage de Proust), Victor Hugo, et Jacques Prévert, qui sans doute apparaît aussi dans la “malice poétique” de ces rencontres improbables.


Mozart, Sarah Bernhardt ou César, et bien d’autres, s’y côtoient et s’y succèdent, et l’on appréciera par exemple la rencontre d’un Hitler cherchant les bonnes grâces d’un Wagner fuyant et mécontent !
Danièle Gasiglia-Laster s’y inspire aussi de Lewis Caroll et de Jonathan Swift, utilisant tout comme dans Alice ou Gulliver, l’abolition des différences d’échelles entre les hommes, les animaux et les insectes, pour mieux faire ressortir toute la relativité des valeurs humaines, et souvent leur ineptie.


Mais loin de s’embourber dans un “récit fourre-tout”, Danièle Gasiglia-Laster intègre toutes ces influences dans un “voyage” très bien structuré et sur un mode alerte qui emmène le lecteur dans un monde où la morale s’affranchit des rapports de pouvoir et de possession, en particulier de possession de l’autre.
Et l’une des leçons que l’on retiendra, c’est que finalement, même au paradis, la perfection n’existe pas !

Bernard Giusti

 

Le Voyage d’Oriane de Danièle Gasiglia-Laster, Les Cahiers Luxembourgeois, 2000

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Giusti - dans Critiques bernardgiusti
commenter cet article

commentaires